le projet de manifeste

Le PS complète et actualise sa déclaration de principes, exprimée à travers la Charte de Quaregnon.

  1. L’émancipation de la personne humaine dans une société prospère et pacifiée est le but de l’action socialiste.

  2. Les excès du capitalisme, qui conduisent à l’accaparement des ressources et des richesses par une minorité, doivent être empêchés/évités pour favoriser une société fondée sur la justice sociale et la solidarité.

  3. Cette évolution se fera de manière démocratique et non violente. Elle sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes et de leurs représentants, et de l’ensemble des citoyens conscients.

  4. La vocation du Parti socialiste est d’unir les travailleurs, de rassembler les citoyens, de défendre leurs droits et d’en conquérir de nouveaux chaque fois que les circonstances ou les innovations le permettent.

  5. Pour les socialistes, l’égalité des Hommes ne se proclame pas mais se conquiert. Toutes les injustices et toutes les discriminations doivent être éradiquées.

  6. La répartition des richesses se fait en tenant compte du mérite et de l’utilité sociale.

  7. Toutes les formes de contribution à la collectivité et au bien commun méritent d’être reconnues.

  8. Le volume de l’emploi doit permettre de vaincre le chômage et de libérer du temps pour la vie privée des citoyens.

  9. Chaque emploi doit être digne et correctement rémunéré.

  10. Les personnes sans emploi, retraitées, malades ou en situation de handicap doivent bénéficier d’un revenu suffisant pour vivre dignement.

  11. Chaque personne participe à l’effort collectif selon ses moyens.

  12. L’éradication de la pauvreté est un objectif fondamental des socialistes. Les personnes les plus défavorisées doivent faire l’objet d’un soutien particulier, dans un esprit d’émancipation.

  13. Les revenus doivent être adaptés de manière systématique au coût de la vie.

  14. La fiscalité est progressive  et juste. Les plus aisés contribuent davantage à la société. La fiscalité intègre l’ensemble des revenus, pour garantir la justice sociale.

  15. L’action des socialistes est internationale. Leur solidarité ne connaît pas les frontières. Partout, ils travaillent à l’amélioration des conditions de vie des citoyens et à la réduction des inégalités.

  16. L’harmonisation des conditions de vie obéit à un principe de progrès : qu’il s’agisse de protection sociale, de revenus ou de droit du travail, c’est toujours le critère le plus élevé, le plus favorable à la personne, qui définit la norme à atteindre.

  17. La protection de l’environnement fait partie intégrante des missions socialistes. Les objectifs sociaux et les objectifs environnementaux sont interdépendants et vont de pair.

  18. L’action publique est indispensable à la réalisation du projet socialiste. Les socialistes s’appuient sur des institutions et des services publics diligents, impartiaux et au service de la population.

  19. Les pouvoirs publics régulent l’économie et la finance. Ils protègent les consommateurs et l’environnement. Ils jouent un rôle actif dans le développement de la prospérité. Afin de garantir à tous les citoyens un accès aux services fondamentaux, les services publics sont organisés de façon efficiente, à un coût raisonnable.

  20. La Justice, la sécurité, l’enseignement, la protection sociale, les pensions, les soins de santé et la culture relèvent des missions fondamentales de l’Etat (au sens générique).

  21. Chaque personne, pour s’émanciper, doit avoir accès à une école gratuite et de qualité, à la culture et aux libertés démocratiques. L’éducation permanente fait partie des instruments d’émancipation à mettre en œuvre.

  22. La participation des citoyens à la vie démocratique doit être facilitée par toutes les voies possibles. Les initiatives individuelles ou collectives doivent être encouragées.

  23. La vie privée est inviolable et les choix de vie des personnes ne regardent qu’elles-mêmes. Ni leurs libertés ni leurs droits sociaux ne doivent en dépendre.

  24. La liberté de conscience est totale : nul ne peut être tenu d’observer des rites qu’il ne reconnaît pas. Chaque personne a le droit de croire, de pratiquer, de ne pas croire ou de changer de religion.

  25. Le pouvoir civil doit s’exercer de manière neutre et impartiale, sans intervention des cultes. La recherche et la progression des connaissances ne peuvent être entravées par aucun dogme.